Est-il "mon" psy ?

Publié le par Juliette



Même mon psy est un paradoxe, lui aussi utilise toujours une espèce de langage codé
Mettons notre orgueil de côté et soyons cons, soyons plats, disons-nous tout, simplement cher Docteur parce que je pense que ça éviterait des énigmes interminables. Je suis perdue, s’il vous plait arrêtez de rentrer dans mon jeu, à moins que ce soit le contraire.

En ce moment, je suis en train d’essayer depuis une semaine de préparer tout un dossier que l’assistante sociale m’a demandé de préparer et finalement, rien n’est prêt.
La pauvre voulait que je lui calcule mon budget !
Mais je n’ai aucune idée de mon budget bouffe ! Je peux ne dépenser que 30 euros en un mois comme je peux faire une semaine à 200 euros avec les crises !
La première idée qui m’est sorti de la tête après le désespoir de voir ma vie se retourner, se ratatiner sans espoir a été : mais comment je vais faire pour faire des crises moi s’ils regardent mon argent ? Où je vais trouver le fric ?
Je commençais déjà à passer en revue tout ce que je pourrai vendre sur ebay pour faire mes crises !

Mon psy m’a dit hier qu’il avait une patiente qui touchait le RMI en faisant des études !
Il m’a dit que c’était possible, qu’il y avait des démarches exceptionnelles à faire, mais que c’était bien possible étant donné que ça avait été le chemin de bataille d’une de ses autres patientes.
J’ai resplendi, j’ai souri, j’ai tapé des pieds, un peu d’espoir rentrait à nouveau.
Il m’a dit ça à temps, je revois l’assistante sociale cet après-midi.
Je n’avais pas envie de parler de plus, j’avais juste envie de savourer ma joie.
Ca faisait plus de 6 semaines que je ne l’avais pas vu, il était en vacances, puis ce fut mon tour. Il m’a donc demandé un petit résumé…
Je lui annonce fièrement ne pas avoir vomi depuis 17 jours, je lui explique les efforts que je fais.
Rien, pas un froncement de sourcil, pas de réaction.
Ce n’est pas que j’attendais qu’on me dise que c’était bien, que si, que ça, mais ce silence était culpabilisant. Je n’ai pas compris. Aucune réaction, comme si c’était mon Leitmotiv ! C’est la première fois que je me force à ne plus vomir de crises.
Je voulais absolument parler de ça avec lui, parce que c’est dur, ça pèse lourd. Chaque jour, chaque minute, je ressens la douleur du manque de ne plus vomir, je suis obsédée. Fière de moi et en même temps si perdue.
*elle* essaie chaque jour de me convaincre qu’un vomissement n’a rien de dangereux…
Elle utilise tellement de mots envoûtants !
J’avais besoin de me défouler sur le sujet, de cracher toute cette pression qu’il y a en moi, d’écrémer toutes ces émotions, de ne garder que les pures qui me laissent à penser qu’arrêter de vomir est bien et faire sortir les autres, les culpabilisantes, les affreuses, celle que *ça* me sert…

Je voulais lui dire qu’avec 17 jours sans vomissements, l’entretien avec l’assistante sociale et tout ce qui en a découlé j’avais tendance à abuser de la petite boîte en plastique verte, des petite gouttes et que je ne refusais pas à un verre d’alcool.
Et il me répond : "Mais arrêtez de vous auto accablez comme ça !"

Et vous s’il vous plait, arrêtez ce jeu, je ne comprends pas là, je ne sais pas quoi faire. Vous utilisez la provocation pour provoquer des déclics, mais vous savez ce que ça a donné la dernière fois ! Un carnage…
Alors que penser ?
Je crois qu’il ne comprend pas bien l’ampleur des dégâts quand je parle de mes collections de cachets… Il y en a partout, partout chez moi et chaque fois que je vais chez un médecin, j’en demande encore et encore.
Il ne se rend pas compte de ce que je ne voulais pas m’avouer, et je ne lui dis pas tout. Il ne m’a pas laissé le temps de finir et à vrai dire : tant mieux.
Il doit croire être le seul à me faire des ordonnances…
Le truc c’est qu’il y a mon médecin référent, mon autre généraliste qui croit être encore mon référent, j’ai trois neurologues en service hospitalier.
Et autant dire qu’un neurologue n’est pas avare en cachets, surtout quand il fait des ordonnances pour une durée de 6 mois.
Il suffit de perdre son ordonnance et une autre est aussitôt renvoyée…

Hier il m’a appris une sacrée nouvelle que je n’ai pas su savourer à sa juste mesure.
Je suis sortie triste et énervée, je regarde dans mon sac, je cherche, pas de Lexomil…
Je suis rentrée en panique, j’allais voir mon dentiste après, il m’en fallait !
Ma tête a commencé a tourner puis j’ai fait la tournée des boulangeries du Marais. Je marchais comme un automate, je me suis retrouvée dans les Halles, puis à Montorgueuil alors que je partais de Place des Vosges.
J’avais plus aucune dignité, je me suis trouvé une cour ouverte avec une cage d’escalier noire pour engouffrer.

Je n’étais même pas chez moi. J’ai fait des crises sans les vomir chez moi, mais chez moi j’ai mon lit, chez moi je peux m’allonger, chez moi je peux pleurer, chez moi je peux téléphoner, chez moi je peux essayer de me détendre, chez moi je peux fermer les yeux, chez moi j’ai du Rivotril !
J’étais paniquée et je ne réfléchissais plus, je suis rentrée dans les wc du premier bar et j’ai failli.
Après une crise si je ne vomis pas, j’ai mon Rivotril, là je n’avais ni vomissements, ni cachets !

Je ne l’ai pas fait, je ne sais pas comment. Finalement je suis rentrée dans une pharmacie et j’ai demandé « est-ce que vous avez quelque chose pour aider à digérer s’il vous plait ? ».
Oui bien sûr, alors si vous êtes un peu ballonnée après les repas…
J’avais trop mal, je me fichais de tout ce qu’on pouvait penser et je lui ai demandé « quelque chose pour aider à digérer de grosses prises alimentaires exceptionnelles ». Il a compris, je pense et je m’en fichait totalement, puis m’a filé un truc qui n’est pas du tout efficace. J’ai un œdème ce matin !

Voilà, ma belle journée d’hier qui s’est une fois de plus terminée par une crise, je crois que je me détestais tellement que « je voulais me finir ».
J’ai prit des cachets pour ne pas aller vomir parce que ça commençait à remonter tout seul.
Après tout, il ne s’agit que de petits cachets ? Rien de grave, il faut que j’arrête de m’accabler ! Ce n’est pas dangereux…




(18 jours sans vomissements)


Publié dans Au quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 09/09/2007 15:03

JulietteJe te remercie vivement pour ta réponse. Je comprends que ça te prenne beaucoup de temps de répondre et que tu ne puisses pas le faire pour tout le monde. J'espère que tu vas trouver bientôt le psychanalyste qui te convienne. Je continue de suivre ton blog de manière assidue..Bon courage à toi, Un bon dimanche, Marie.

Elisa 09/09/2007 01:24

Le générique du Déroxat... je l'avais déjà essayé mais les effets secondaires avaient été trop gênants... je re-tente... J'ai eu un gros traitement à un moment donné, du coup j'ai peur que ça ne fasse pas trop d'effet... Mais c'est un espoir et là, depuis trois jours c'est ce qui m'aide psychologiquement à tenir...
C'est ma manière de me prendre en main... je mets beaucoup d'espoir ds ce traitement et comme je disais au psy, j'ai déjà peur qu'il me les arrête...( Les dernières fois ma généraliste m'a prescrit des ad(1Prozac/jour) j'avais les boites mais je ne voulais pas commencé, je me disais que ce n'était pas assez et qu'elle allait me les arrêter parceque j'allais mieux... je suis un rien confuse là...) bref... ça va peut-etre m'aider à parler, j'ai moi  le même sujet "à eviter"...
Tu vis mal l'état dans lequel les AD te mettent ? J'aimerai être euphorique, je suis complètement éteinte...
 

Elisa 09/09/2007 00:39


Ah j'oubliais !... Un grand MERCI d'avoir répondu à mon com'

Juliette 09/09/2007 00:45

Elisa,Je t'en prie, il y a pas de quoi, je peux pas t'aider plus, mais si je peux trouver un psy bien, ce sera avec plaisir que je te donnerai le nom...Je redoutais avant d'aller en voir un autre parce qu'à chaque fois que j'en vois un pour la première fois, j'ai droit, je pense qu'on a toutes droit aux mêmes questions:- et les petits amis ?- et les hommes ?- et l'enfance ?- et le sexe ?Alors que c'est LE sujet à éviter !En même temps je me rends compte que si c'est le sujet qui me révulse, c'est bien la preuve que c'est à celui-ci qu'il faut s'atteler...Quel AD on t'a donné ?Oui, moi aussi je me souviens, les premiers temps j'étais telle une loque, je n'avais plus de force. rassure toi ça ne dure pas, c'est le temps que le corps s'habitue.Mon psy veut m'enlever les AD, c'est une des raisons je l'avoue qui me donnent envie d'aller en voir un autre.Je n'arriverai pas à faire sans, même si je le reconnais, restrospectivement, je suis dans un état moral presque euphorique par rapport à l'année dernière.Bravo pour ne pas avoir fait de crise, sincèrement.Je t'embrassePS: oui, maintenant avec le titre, ce nom me parle beaucoup plus ! ;-)

Elisa 09/09/2007 00:35

Bonsoir Juliette,
Si il n'y avait que "la société" qui ne considère pas l'anorexie et la boulimie comme des dépendances au même titre que l'alcoolisme ou une autre toxicomanie... Le plus dur c'est l'incompréhension de l'entourage... "La société" ne nous donne pas les aides nécessaires, je (j'ai changé le "on" en "je" pour n'inclure personne d'autre que moi dans mon opinion même si je crois que c'est le cas pour bcq d'entre nous....) donc je garde cette dépendance financière et malsaine "à" mes parents alors que justement le fait de couper ce "cordon alimentaire" m'aiderait... 
Moi aussi je me suis "ruinée" la semaine dernière... Aussi bien financièrement que physiologiquement...je voyais un nouveau psychiatre mercredi, à la base j'y allais juste pour des anti-dépresseurs et finalement  il m'a interpellée avec des questions auxquelles je ne m'attendais pas... Je reste un peu perplexe mais je n'ai pas fait de crise depuis... en revanche je suis une vraie marmotte avec les anti-dépresseurs...(bref c'est pas très interressant...) C'est avec plaisir que je te donnerai mon mail pour que tu me donnes tes adresses, je n'ai pas de blog... (les années de dépressions et de médocs ont altérés mes facultés de reflexion et d'expression, je me sens complètement handicapée...et mon blog serait pauvre et bien terne... je préfère me regarder dans le tien ! ; )
J'espère que tu vas un peu mieux Juliette...  Que ces derniers jours ont été plus légers pour toi... J'espère... sincèrement .
Prends soin de toi.
(C.Hervais, ça doit te dire quelque chose, elle a écrit "Les toxicos de la bouffe")
Bon Courage.

Xanax 08/09/2007 19:49

j'aime bien un certain cynisme :-)) Hihi :-) (si, ça me fait sourire :) j'ai envie d'écrire: je serai ton xanax, je viendrai te lire le botin sur un ton de voix très monotone pour que tu t'endorme rapidement  :)) (par exemple...ça peut le faire avec des petites annonces...non?) (quelle activité,....y a pas à dire, ça doit être trépidant... :-)) (botin,...peut-être qu'on dit annuaire téléphonique?) Bises (bon, je ne tiens pas non plus lire un cynisme complètement sombre désespéré, sauf s'il est au second degré, hé hé! ) (Risperdal :))