(La mort patiente) Sandra Tohorah

Publié le par Juliette



Mot de l'éditeur

Lire les ouvrages de Sandra Tohorah c’est se confronter à une écriture unique, écorchée, sans concessions, une écriture qui serpente à travers les venelles emmêlées des rapports humains, où seuls compte le désir d’exprimer ce qui ne peut l’être : dire l’indicible dans une langue qui n’existerait que pour cela.

La mort patiente conte le naufrage de l’auteur dans une anorexie qui semble la seule réponse à un environnement familial délétère et absent face à la détresse. L’auteur cherche alors désespérément l’identité d’un corps qui ne lui appartient plus, et qui s’engouffre dans la maladie sous le joug d’une voix intérieure que rien ni personne ne semblent pouvoir contenir. « La chute des cheveux, celle des dents, l’état de frigo permanent, les heures passées à me gratter, les carences affectant ma peau, les jambes tremblantes, les évanouissements, les ongles cassants… ». L’anorexie devient un suicide journalier, une lente immersion dans la tombe.

Sandra Tohorah s’est rapprochée au plus près de la mort avant de s’en sortir grâce à une rencontre ; une rencontre qui fut d’abord une écoute. Aussi, loin de tout voyeurisme, la voix de Sandra veut dire avec pudeur ce qu’est l’anorexie et témoigner dans le sens d’une plus grande compréhension de la maladie.

Publié dans Bibliothèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article