Sainte Anne

Publié le par Juliette



Je ne me souvenais plus du pouvoir anesthésiant de la boulimie et de sa violence, ça faisait longtemps.
Hier j’étais vidée, je ne ressentais rien, j’étais dans le flou. Défoncée en fait.

J'ai finalement appelé Sainte Anne aujourd'hui.
Je n'arrive pas à joindre la diététicienne qu'on m'a recommandé.
Après avoir été envoyé ci et là, j'ai au moins enfin le numéro de sa ligne directe.
Je ne voulais pas appeler Sainte Anne, j'avais peur qu'ils me gardent. Puis finalement, j'ai réalisé qu'il n'y avait aucun risque, je ne suis pas en danger de mort et comme tous les services hospitaliers, les places sont limitées et ils ne gardent que les cas de grande urgence.
Je n'aime pas trop Sainte Anne et sa réputation, ils bourrent de cachets et j'en ai assez comme ça, ils sont assez « brutaux ».
Tous les gens que je connais qui en sont sorti justement ne s’en sont pas sorti du tout…

Une amie m'a rassurée, c'est elle qui m'a donné le nom de cette diététicienne.
J'ai une grande peur : c'est qu'on me donne un plan alimentaire très complet avec 3 repas par jour et surtout des protéines.
Les protéines me font beaucoup plus peur que les féculents.
Même si ma pire angoisse reste les lipides, je ne peux pas manger de viande, à part du blanc de poulet, mais il faut qu’il soit préparé, la viande crue me répugne, je peux pas la toucher.
Dans les poissons, je ne peux manger que du saumon parce que le noir qu’il y a dans le poisson blanc me donne envie de vomir.
Les steaks de soja ont du gras autour de l’emballage…

Cette amie m'a dit qu'elle avait été très régulière au niveau de la réintroduction des aliments, que tout c'était fait petit à petit.
Alors je vais tenter.
Je risque d'attendre très longtemps mais tant pis, je ne peux pas rester comme ça. Je n'ai plus aucune notion du trop et du pas assez. Je ne sais plus comment manger, quoi manger, je trie tout, en fait j'enlève tout.
Je sais que j’ai faim quand je sens les muscles de mon dos se contracter et mes bras s’engourdir, bref, je n’ai plus de repères.

Je pense que je vais avoir une chance d'accéder plus vite à cette diététicienne parce que je vais être suivie par un autre neurologue à Sainte Anne.
La liste d'attente ne devrait pas être très longue étant donné les médecins qui m'envoient à eux. J'ai été un cas coriace, j'ai eu droit à des médecins très connus et reconnus, puis j'avais déjà été suivie en neurologie à Sainte Anne.
Enfin, quand je dis que l'attente ne sera pas trop longue: ce ne sera pas avant fin août pour la neurologie seulement !
J’espère que ce neurologue pourra me « pistonner », de toute façon il aura mon dossier médical…

J'ai pris rendez-vous avec un endocrinologue aussi. En attendant Sainte Anne.
Je ne veux plus entendre parler de nutritionnistes, ces médecins avec leurs régimes, ces médecins qui vous donnent un plan alimentaire restrictif ou trop complet, qui vous pèsent toutes les semaines mais qui jamais ne comprennent le problème, le noyau, qui vous encouragent à maigrir ou à grossir sans se rendre compte de la dangerosité qu’il y a dans le fait de juger un poids.

Passer tous ces coups de téléphone a été très dur parce que bien sûr, j’ai fait des cauchemars toute la nuit où j’entendais : « mais forcez vous », « vous êtes trop grosse pour être en danger ! », « vous prenez la place de vraies malades », « la boulimie, c’est moins grave », « vous êtes trop grosse pour être anorexique », « c’est un caprice ! tout ça pour se rendre intéressante ! »…
J’entendais des rires et des médecins qui se moquaient…

Alors, je suis toujours en piteux état, j'ai refait une compulsion hier et je n'ai toujours pas mangé aujourd'hui, mais au moins j'essaie de me prendre en main pour ce qui est de l'aide médicale.

J'étais allée voir l'été dernier, un psychothérapeute très bien. Complètement désespérée, j'avais appelé l'association d'aide aux boulimiques de Paris.
Il avait été tellement bien que j'avais eu peur qu'il me guérisse en 2 séances (je sais, c'est impossible). Ses consultations ne sont pas remboursées par la sécu et elles sont de 50 à 70 euros.
Il m'avait dit que je pouvais faire selon mes moyens. Je pouvais venir toutes les semaines comme venir une fois par mois.
J'ai mis 10 euros dans une boîte.
Je vais continuer à voir mon psy, mais je vais essayer de voir cet autre psychothérapeute en complément.
Mon psy est bien, il est spécialiste des dépendances, mais il a fait de la recherche surtout sur la toxicomanie et l'alcoolisme. Même si le procédé du dépendant reste similaire pour chaque dépendance, je me rends compte qu'il y a des trucs qu'il ne saisit pas trop.
Et puis ces consultations sont si courtes !!! Je ressors frustrée à chaque fois, et je vais m’asseoir avec mon petit cahier dans un bar, c’est après la consultation que tout revient. On parle à peine ½ heure et c’est le temps qu’il me faut pour commencer à me décoincer.

Voilà, je vais essayer, mais j'ai compris que je ne pouvais plus rester avec moi comme ça sans suivi médical en espérant que tout s'arrange un beau jour...
On verra, rien n’avance, mais j’ai au moins prit des rendez-vous, passé des coups de téléphone et mis 10 euros de côté.
Ce sera une journée sans procrastination, peut-être sans bouffe, mais c’est déjà un progrès.





Publié dans Au quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lara 03/07/2007 10:16

Accroches-toi et j'espère de tout mon coeur que ces gens vont te donner l\\\'aide dont tu as besoin. Je te lis chaque jour, tu as un courage, une force incroyables !!  ta volonté paiera tôt ou tard, ça ne peut pas en être autrement.
à bientôt.

sur le fil 02/07/2007 20:00

Je vois que toi aussi tu te bats avec toi meme en ce moment...Mais tu as fait un grand pas en effectuant ces demarches.Le premier pas vers un mieux ou du moins l'acte concret qui en temoigne. Je t'en felcite. Ton post m'a doné une bonne leçon.... il y a les mots, ceux ou l'on se plaind ou l'on dit vouloir aller mieux, en avoir marre... Mais là tu as allier l'acte à la parole. Tu ne restes pas passives face à ce qui t'arrive.Oui ça fait peur car on plonge dans un inconnu... qui serais-je quand je serai guérie...?Je suis ravaie que tu puisses trouver du soutien aupres de cette amie... lorsque l'on est entouré et bousculer forcement ca aide. Car come tu le souligne la boulimie, l'anorexie ca lobotomise le cerveau. On voit ce qu'on veut bien voir mais n est surtout à coté de la plaque!Tu as rdv qunad donc? tiens nous au courant.Pourquoi un endocrinologue???Je suis d'accord avec nous parler de calories, compter etc ça n'aide absolument pas...J'ai pourtant pris un rdv avec une nutrtionniste , comme une ultime chance de trouver qqn pour m'aider...J'espere que ces demarches te redonneraont confiance en toi. Tu peux etre fiere de toi et de ce que tu as fait.courage