Après l'anorexie, l'orthorexie

Publié le par Juliette

Obsession du «bien manger», l'orthorexie peut masquer une pathologie plus grave.

C'est un repas de famille comme un autre. Votre jeune nièce est à table. Elle chipote. Beaucoup. Refuse tous les plats. Rien de ce que la maîtresse de maison lui propose ne lui convient. Elle tient des propos étranges : elle dit ainsi mastiquer 50 fois chaque bouchée avant de l'ingurgiter et ne veut pas consommer de légumes qui ont quitté la terre depuis plus de 15 minutes. Elle a du reste emmené avec elle un «kit de survie» avec lequel elle pourra manger «sain». Votre nièce est orthorexique.
Découverte il y a moins de dix ans, l'orthorexie est un trouble du comportement alimentaire (TCA) qui pourrait se définir comme l'obsession du «manger correct». Elle touche essentiellement les jeunes femmes. Pour beaucoup de spécialistes, elle trouverait son origine dans l'obsession d'atteindre l'image du corps parfait si largement diffusée par les médias à partir des années 80. «Une maladie typique de notre civilisation», estime le Dr Patrick-Pierre Sabatier, médecin nutritionniste. L'orthorexique est à la recherche de l'aliment idéal. Rien à voir avec le gourmet amateur d'aliments bio qui court d'épicerie en épicerie pour trouver les meilleures salades ou les haricots verts les plus savoureux. L'orthorexique s'est fixé ses propres tabous alimentaires. La pathologie peut entraîner l'isolement du malade ainsi qu'une perte d'envie de vivre.
Comment la détecter ? Le médecin américain Steven Bratman, l'un de ses découvreurs, a mis au point un test en dix questions permettant de savoir si l'on est devenu orthorexique. Mais un nutritionniste cernera aisément la maladie. Face à un patient orthorexique, il tentera de le déculpabiliser en lui faisant retrouver le plaisir de manger et reconstituera une alimentation correcte du point de vue de l'apport nutritionnel. Le médecin cherchera également à savoir si l'orthorexie ne cache pas un mal plus grave. «Si l'orthorexie masque une névrose plus importante, le nutritionniste doit passer la main au psychiatre», conclut le Dr Sabatier.

MARTINE BETTI-CUSSO ET PHILIPPE DOUCET.  22 avril 2006, (Rubrique Figaro Magazine)

Publié dans Articles - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

une grande tristesse 09/05/2007 19:01

Salut...
j'ai aussi l'épilepsie qui me gache ma vie sociale. Avant peut-être moins, mais là de plus en plus.Pourrais-je avoir ton mail? pourrions-nous discuter? Pourrais-tu répondre à une question concernant l'éventuel lien boulimie-épilepsie? Ca devient urgent, je perds le fil de mes études, je ne maigris pas, je perds mon petit ami à cause de manque de confiance etc. Stp, fais ce geste

Juliette 09/05/2007 23:38

Je suis désolée de pas être la seule avec ces deux maladies en même temps.Ecoute, pour ce qui est de la relation entre les deux, je suis seulement en train de chercher. Je pense avoir trouvé des points, mais le problème est que j'ai écris tout ça en sortant de chez mon psy et sur papier. Je suis en train de recopier ça sur Word pour le mettre après sur le blog, je vais le mettre, promis. Juste, laisse moi encore quelques jours.Autant, j'écris facilement et vite mais alors pour ce qui est du recopié, je suis une vraie feignasse.Quel genre de crises d'épilepsie tu fais ?Ca fait longtemps ? Tu as droit à des effets secondaires de médicaments ?Pour le mail, juste, attends un peu stp. Tu as vu, je viens moin sur mon blog, le dernier article a presque un mois. Je fais beaucoup de choses en ce moment.Je t'écrirais en te filant mon adresse msn, mais juste, laisse moi encore quelques temps.Tu sais, en "gros", je crois que je me servais de la boulimie, pour combler le manque affectif parce que j'étais très seule pendant cette période, pendant l'épilepsie, tout le monde s'éloignait. Et puis je me disais que tout étais ma faute alors je me défoulais sur moi.A très bientôt.PS: tu as un bon neurologue ? Tu veux que je te donnes des noms ?

aurore 30/03/2007 18:52

Heureusement que j'ai passe cette etape il y a longtemps mais il reste toujours des traces.
Merci car je ne savais pas grand chose de tout ca. Je m'en suis rendue compte que quelques semaines apres la creation de mon blog. Au moins avec tes infos, ca fait du bien de savoir que c'est reconnu comme maladie.
Les aliments dont j'ai du mal a me passer sinon je suis angoissee toute la journee : le cacao ( si poss en poudre degraisse non sucre car plus riches en flavonoides etc...et a bcp de fibres), 15 ml huile de colza ( omega 3 ala ), 300 gr saumon /semaine ( omega 3 dhea et epa) , et patate douce ( vit e et vit a et c ),....parfois ca change selon les semaines.
Ciao, kiss.